| | radar

Ces scientifiques américains se sont inoculés leur propre «vaccin» par voie nasale contre Covid-19

Une femme s'administre un médicament par voie nasale (image d'illustration) | NIAID/Flickr

Ce qui suit n’est pas à reproduire chez vous. Car nul ne sait si ce «vaccin» fonctionne, ni si cette démarche, qui semble se situer dans une zone d’ombre du droit, est légale. Au moins 20 scientifiques, affiliés à l’université Harvard et au MIT pour plusieurs d’entre eux, se sont inoculés par voie nasale des fragments de protéines du pathogène (qui ne suffisent pas à provoquer une infection à Covid-19) mêlés à de la chitosane, substance que l’on retrouve dans la carapace des crevettes, supposée aider le mélange à passer la membrane des cellules. Cette histoire pour le moins surprenante est racontée par la MIT Technology Review.

Pourquoi c’est problématique. Le problème, et pas des moindres, c’est que personne ne sait si cela fonctionne. Et pour cause: près de 200 vaccins sont envisagés pour l’instant avec des essais cliniques plus ou moins avancés, dont peu exploitent la voie nasale. Des spécialistes de la vaccination interrogés par la MIT Tech Review sont sceptiques quant au fait que des peptides suffisent à développer une réponse immunitaire dans les muqueuses, et craignent même que cela facilite une réinfection ultérieure par le virus. Pour l’heure, le groupe affirme avoir inoculé leur mélange auprès de 70 personnes. Prudent sur le volet juridique, le livre blanc détaillé par ces scientifiques, qui contient la recette du mélange, rappelle dès l’ouverture du site qu’il ne représente ni se substitue à un avis médical, et que le lecteur prend seul l’entière responsabilité de ce qu’il fera avec de telles informations.

link

A lire sur le MIT Technology Review (EN)

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi