| | News

Ce que la génomique nous raconte de la première vague britannique

Capture d'écran du site Nexstrain

Alors qu’une nouvelle variante du coronavirus frappe durement le Royaume-Uni et menace le reste du continent européen, une étude parue dans Science retrace l’évolution des différentes souches de Sars-CoV-2 détectées dans le pays entre janvier et juin dernier. Ces résultats montrent la grande diversité des virus circulant dès le début de la pandémie et illustre l’efficacité des mesures de confinement.

Pourquoi c’est intéressant. Le Royaume-Uni a développé un programme de suivi génétique de la pandémie d’une ampleur remarquable. Le pays séquence, depuis le début de la pandémie, un très grand nombre d’échantillons de coronavirus, prélevés aux différents coins de son territoire. Cette stratégie lui permet une plongée unique dans la dynamique virale.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi