Réservé aux abonnés

Ce patient inoubliable: «Et là je vois qu’il a prévu une bouteille de mousseux»

The Noun Project / Alex Muravev

Dans leur carrière, les médecins côtoient des milliers de patients. Quelques-uns s'inscrivent au fer rouge dans leur mémoire, parce qu'ils les ont fait progresser, douter, leur ont rappelé la beauté du métier ou ses affres. Cet été, Heidi.news a demandé à des praticiens de nous parler d'un patient inoubliable. Place au Dr Christophe Fehlmann, urgentiste genevois.

Christophe Fehlmann est chef de clinique au service des urgences des HUG. A 35 ans, ce jeune hospitalo-universitaire genevois, «tombé amoureux de la médecine d’urgence», s’occupe surtout de superviser le service et d’enseigner à ses futurs confrères. Le contact avec les patients est souvent fugace, au sein d’une discipline où rien, jamais, ne traîne. Mais cela n’a pas toujours été le cas. A notre demande, il se replonge dix ans en arrière, juste après sa sortie d’université…

«Cela faisait à peine trois mois, je travaillais dans un hôpital périphérique à l’époque, au service des urgences. Un patient est venu nous voir, pour une perte de poids et une douleur abdominale je crois. On voit qu’il y a quelque chose d’anormal et on décide de l’hospitaliser. Très rapidement un cancer du pancréas lui est diagnostiqué. En général ce sont des survies inférieures à un an. C’est une situation malheureuse, mais jusqu’à présent pour moi c’était un patient comme un autre.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter