| | Graphe

INFOGRAPHIE - Où partir cet été? Tout sur le casse-tête des vacances

Cet article sera mis à jour régulièrement. Nous avons décidé de le mettre à disposition gratuitement, tant ces informations seront utiles dans les mois à venir. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

L’épidémie recule, la vaccination avance. L’été s’annonce radieux et les envies d’évasion après de longs mois de contraintes se font pressantes. Mais où partir? Et surtout dans quelles conditions sanitaires: interdiction d’entrée, quarantaine à l’arrivée, test PCR négatif préalable, couvre-feu, etc.

Les conditions de voyage pour cet été 2021 relève du véritable casse-tête. Le déploiement des certificats Covid en juin aux niveaux européen et suisse devrait faciliter les déplacements en Europe, mais pas forcément les restrictions sanitaires à destination, dépendantes elles de la situation épidémiologique sur place.

Heidi.news fait le point (actualisé régulièrement).

Pourquoi on en parle. Les signes de détente, de déconfinement et d’assouplissement ont été nombreuses depuis le mois de mai. Mais ces nouvelles réjouissantes ne disent encore rien des conditions de voyage pour l’été. De nombreuses restrictions sont encore de rigueur un peu partout sur le continent et aussi dans le reste du monde.

La carte ci-dessus vous donne un aperçu des conditions d’entrée requises dans les pays européens et du pourtour méditerranéen.

Evolution rapide

Envisager ses vacances d’été dans ces conditions tient encore de la gageure. La grande majorité des pays européens exige encore de remplir certaines conditions à l’entrée sur leur territoire. Cela va de test PCR négatif à une quarantaine à l’arrivée en passant par la présentation de déclaration sur l’honneur (à remplir à l’avance et à conserver sur soi en permanence). La grande majorité des pays listés dans la carte ci-dessus demande un tel document à l’entrée, y compris la Suisse, comme on peut le voir sur un site de l’OFSP dédié:

Capture d’écran 2021-05-12 à 13.31.31.png

Avec l’avancée des campagnes de vaccination, la Suisse a adapté ses exigences sur le sujet, le 26 mai:

«Les personnes guéries sont déjà exemptées de l’obligation de quarantaine (contacts et voyages) pour une durée de six mois. Les personnes vaccinées ne pouvant pas propager la maladie de manière significative, elles seront désormais elles aussi exemptées pour une durée de six mois de l’obligation de quarantaine comme de l’obligation de dépistage et de l’obligation de fournir leurs coordonnées lors de leur entrée sur le territoire.

L’exemption de quarantaine pour les voyageurs et d’obligation de dépistage lors de l’entrée sur le territoire vaut aussi pour les enfants de moins de 16 ans. Elle ne s’applique par contre pas aux personnes guéries et vaccinées en provenance d’un Etat ou d’une zone où circule un variant préoccupant du virus SARS-CoV-2.»

Les conditions d’entrée sur le territoire ont également évolué le 28 mai. Deux filières distinctes ont été créées comme le montre le schéma ci-dessous:

Entrée en Suisse.jpg

La situation devrait néanmoins évoluer rapidement, comme le précise Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale et spécialiste en modélisation mathématique des épidémies:

«Les pays européens s’organisent pour permettre des échanges plus fluides entre eux. Sauf si des rebonds épidémiques sont observés, ce qui compromettraient ces ouvertures, l’espace Schengen devrait constituer, muni d’un pass sanitaire, une zone privilégiée pour choisir ses vacances.

Les autres pays sont aussi en train de s’organiser pour favoriser les déplacements cet été, la vaccination et les pass sanitaires devraient contribuer à aider ces initiatives qui répondent autant à des besoins de liberté de la population qu’à des impératifs économiques pour certains secteurs durement touchés depuis plusieurs mois.

Paradoxalement, les pays zéro Covid seront évités non parce qu’ils constituent un risque pour le voyageur mais parce que le voyageur n’y sera pas bienvenu. Les pays qui institueront de longues quarantaines à l’arrivée (ou ceux ciblés par la Suisse au retour) ne seront pas des destinations de choix non plus.

Les pays qui sont actuellement en nette décrue ou déjà en accalmie seront à favoriser.»

La Suisse a d’ailleurs adapté ses recommandations de voyage le 12 mai, notamment pour les Etats et les zones représentant un risque: «Les voyageurs en provenance de ces régions doivent se placer en quarantaine. Il est déconseillé de voyager dans les Etats ou les régions où circulent de nouveaux variants du virus. Ceux-ci feront l’objet d’une liste séparée», souligne-t-on à l’OFSP.

De son, côté l’Union européenne a décidé le 19 mai que les personnes entièrement vaccinées pourront entrer dans l’UE. Aucune date n’a encore été fixée, mais cette autorisation devrait entrée en vigueur avant le début des vacances d’été.

L’Union européenne devait dévoiler début juin la liste des pays hors Schengen dont les ressortissants pourront librement entrer dans l’UE, selon Jean-Yves Le Drian, ministre français des affaires étrangères. La liste devrait comporter trois couleurs: vert, orange et rouge. Les pays hors zone y seront classés en fonction des risques qu’ils représentent.

Les questions à se poser avant de partir

Reste à savoir:

Capture d’écran 2021-06-18 à 16.19.21.png

  • ceux qui accueillent des touristes étrangers

  • et enfin ceux qui sont entièrement fermés.

Un exemple: la Norvège n’est pas sur la liste des pays à risque suisse, mais le pays refuse l’entrée sur son territoire pour les touristes étrangers. De quoi briser les rêves de road trip dans le pays des fjords.

Avant de choisir sa destination, il faut donc bien évaluer les coûts supplémentaires, et aussi le type de vacances que l’on désire faire. Un voyage en train ou en camping-car à travers le continent semble compromis. Privilégier une seule destination et y rester semble moins risqué. Pour cet été 2021, la Fédération suisse du voyage, faîtière des agences de voyage du pays, indique que la demande est forte pour les séjours en Europe. Walter Kunz, directeur et porte-parole:

«Les agences de voyage note une demande plus importante pour l’Europe que pour le reste du monde. Les destinations plus lointaines, comme les Etats-Unis ou l’Asie, sont moins désirées et surtout encore fermées ou soumises à de fortes restrictions d’entrée.

D’un côté, je pense que les vacanciers n’ont pas forcément envie de passer de longues heures dans un avion. Et de l’autre côté, il y a l’écueil des quarantaines obligatoires à l’entrée. Aucun touriste a envie de passer ses sept ou dix premiers jours de vacances en quarantaine.»

Le spécialiste note encore un autre point à conserver à l’esprit au moment de planifier son voyage:

«Prenons la Grèce. Ce pays n’est pas sur la liste des pays à risque. S’il connaît une flambée épidémique durant l’été, il est possible qu’il s’y retrouve. Du coup, les touristes suisses non-vaccinés seront soumis à la quarantaine au retour.»

Cette situation instable fluctue de semaine en semaine. Les indications, restrictions et assouplissements évoluent rapidement. A tel point, que spéculer sur l’ouverture et la fin des restrictions pour sa destination de rêve d’ici la fin du mois de juin tient du pari risqué. De quoi rendre les conseils des agences de voyage très précieux, comme le confirme Walter Kunz:

«La complexité actuelle pour organiser ses voyages et vacances représente une belle opportunité pour les agences de voyage. Si une personne désire planifier ses vols et ses réservations d’hôtel seule, il lui sera difficile d’obtenir un remboursement vu que les conditions d’annulation varient et il sera difficile de changer d’avis au dernier moment.

Les agents de voyage sont de bons conseils en ce moment: ils connaissent bien les différentes législations et restrictions en cours. De plus, la majorité des tours opérateurs peuvent changer la destination au dernier moment si des restrictions de voyage évoluent peu avant le départ.»

Ainsi, si on rêve de balnéaire pour l’été et qu’on est prêt à faire preuve de flexibilité sur la destination, une agence de voyage peut garantir de la souplesse et réduire les tracasseries.

De manière plus pragmatique, il faut tenir compte des points suivants avant son départ:

Sur place

Une fois sur son lieu de vacances, il est nécessaire de rester informé de l’évolution de la situation épidémiologique dans le pays où l’on réside. Le risque: que les restrictions sur place se durcissent à cause de la situation sanitaire et que les règles pour le retour en Suisse changent.

  • Espagne: A vous les orangers d'Andalousie et le musée du Prado si vous êtes vaccinés. La deuxième destination touristique mondiale autorise dès lundi 7 juin les visiteurs vaccinés à rentrer sur son territoire sans test PCR. Elle ouvre également ses ports aux navires de croisière internationaux.

  • France: L’entrée sur son territoire ne sera plus soumise à l’obtention d’un test PCR négatif pour les Européens vaccinés à compter du 9 juin, date d’entrée en vigueur de son pass sanitaire Covid-19. Des assouplissements sont aussi prévus pour faciliter les flux touristiques depuis les pays non européens..

  • Grèce: après sept mois de confinement, le pays a levé de nombreuses restrictions samedi 15 mai. Les touristes pleinement vaccinés ou munis d’un test PCR négatif peuvent désormais entrer en Grèce.

  • Israël: le pays envisage de lever toutes les restrictions sanitaires intérieures dès le 1er juin. Les restrictions imposées aux voyageurs devraient en revanche être renforcées pour éviter l’introduction de variants dans le pays.

  • Italie: le pays a rouvert ses frontières aux touristes non-européens le 15 mai. Dès le 16 mai et jusqu’au 30 juillet, les Européens ne doivent plus se soumettre à une quarantaine de 5 jours à l’arrivée dans le pays. Un test PCR ou antigénique négatif effectué 48 heures à l’avance demeure néanmoins nécessaire. Port du masque et couvre-feu à 22 heures sont encore la règle. D’autres restrictions régionales sont également la norme en fonction de la situation sanitaire.

  • Portugal: il est possible d’entrer dans le pays depuis lundi 17 mai avec un test PCR négatif de moins de 72 heures. Attention, une flambée épidémique mi-juin est susceptible de renforcer les restrictions sur place.

Les pass Covid

Les certificats d’immunité sont en cours de développement tant au niveau européen que Suisse. Ils devraient être disponibles dans le courant du mois de juin et entrer en vigueur début juillet.

Les certificats Covid devraient faciliter les voyages internationaux et permettre de prouver que les touristes ne sont pas contagieux. Parce qu’ils sont vaccinés, guéris du Covid ou disposent d’un test PCR négatif récent.

Il existe plusieurs dispositifs en développement ou déjà actif. Les trois plus importants sont:

  • Les certificats numériques Covid de l’Union européenne seront disponibles dès le 1er juillet, sous forme papier ou au format numérique et contiendra un QR code. Ils ont été approuvé en session plénière par 546 votes pour, 93 contre et 51 abstentions (citoyens européens), et par 553 votes pour, 91 contre et 46 abstentions (ressortissants de pays tiers), le 9 juin par le Parlement européen.

Le président de la commission des libertés civiles et rapporteur, Juan Fernando López Aguilar (S&D, ES), a déclaré:

«Ce jour (le 9 juin, ndlr.), le Parlement a donné le rythme pour restaurer la liberté de circulation et pour un espace Schengen pleinement opérationnel, tout en continuant à lutter contre la pandémie. Le certificat Covid numérique de l’UE fonctionnera à compter du 1er juillet et garantira des déplacements sûrs et coordonnées cet été. Les Etats membres sont invités à ne pas imposer de restrictions supplémentaires, sauf si elles sont strictement nécessaires et proportionnées, et il est rassurant de voir que certains délivrent déjà le certificat.»

Les certificats européens ne comporteront qu’un nombre limité d’informations nécessaires. Ces informations ne peuvent pas être conservées par les pays visités. Seules la validité et l’authenticité du certificat sont contrôlées, en vérifiant qui l’a délivré et signé. Toutes les données sanitaires restent du ressort de l’Etat membre qui a délivré le certificat Covid numérique de l’UE.

Sur cette carte, il est possible de voir l’avancée au 9 juin des pays européens par rapport à l’utilisation du certificat de l’UE:

Capture d’écran 2021-06-09 à 14.15.16.png

  • Sur cette carte, il est possible de voir l’avancée au 14 juin des pays européens par rapport à l’utilisation du certificat de l’UE. On voit que le certificat Covid suisse est désormais compatible avec le certificat européen:

    Capture d’écran 2021-06-14 à 14.27.36.png

    • Le certificat Covid de la Confédération, dont les contours ont été présentés le 19 mai devrait entrer en vigueur courant juin et au plus tard début juillet. L’usage domestique sera séparé en trois catégories: vert (interdiction d’usage), orange (régime mixte) et rouge (utilisation obligatoire). La décision définitive devrait être prise par le Conseil fédéral le 23 juin.
    • Le IATA Travel Pass issu de l’aviation civile est déjà disponible.

La plupart des pays de l’espace Schengen compte sur ces dispositifs pour lever tout ou partie des restrictions d’entrée sur leur territoire. Certains, comme l’Italie, l’Espagne et la Grèce ont déjà annoncé des assouplissements pour pouvoir accueillir des vacanciers. L’économie de ces pays est très dépendante de l’activité touristique, la pression est donc importante pour eux.

A l’OFSP, on tempère tout de même l’enthousiasme que peuvent représenter ses certificats. Nani Moras, du service communication:

«Selon l'Union européenne, le «certificat vert numérique» est destiné à faciliter les déplacements en toute sécurité en cas de pandémie dans l'espace UE/Schengen. Toutefois, elle n'est pas une condition préalable à la liberté de voyager. Il est mis en œuvre par les différents Etats, qui déterminent également son utilisation.»

Au retour

Le retour au pays doit aussi se planifier. Jusqu’à la fin du mois de mai des tests PCR négatifs récents et un formulaire d’entrée sont nécessaires pour pouvoir passer la frontière suisse. Des assouplissements sont prévus dès le 31 mai, comme l’a annoncé le Conseil fédéral le 12 mai, mais seulement pour les personnes vaccinées et guéries:

«Dès le 31 mai, les personnes vaccinées ne doivent plus être soumises à la quarantaine pour les personnes-contacts et à la quarantaine pour les voyageurs, à l’instar des personnes guéries. On part en effet du principe qu’elles ne sont plus contagieuses. La durée de cette exception et les vaccins concernés doivent encore être définis.»

Liens utiles

Pour se tenir informé au mieux avant, pendant et en vue du retour au pays, plusieurs sites internet et applications apportent des informations précieuses:

  • Le site de l’Union européenne pour les conditions de déplacement dans l’espace Schengen, baptisé reopen.europa.

  • Prendre connaissance de toutes les spécificités du certificat Covid numérique de l’UE, valable dès le 1er juillet.

  • Il est aussi précieux de télécharger l’application pour Smartphone du Département fédéral des affaires étrangères, «Travel Admin». Elle contient de multiples informations.

    cq5dam.thumbnail.588.368.png.jpeg

  • Consulter les sites internet des ambassades des pays présents en Suisse est aussi utile pour préparer son voyage.

Evolution de la situation

Début mai:

CarteEurope.jpg

Mi-mai:

Carte17mai.png

Fin mai:

Carte28mai.jpg

Début juin:

Carte9juin.jpeg

Mi juin:

Carte14juin-1.jpg

18 juin:

Carte18juin.png

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi