| | News

Cancer du sein: les peptides d’une biotech suisse séduisent un géant chinois

Le siège de Polyphor à Allschwill (BL)./ Keystone/Georgios Kefalas

Cotée en bourse suisse depuis deux ans, Polyphor a passé un accord de licence avec Fosun Pharma pour le développement clinique et la commercialisation d’un peptide (balixafortide) pour traiter les cancers du sein à métastase en Chine. Cette opération pourrait lui rapporter 148 millions de dollars si son médicament démontre son efficacité dans les essais cliniques de phase 3 conduits actuellement. L’utilisation de peptides contre les cancers du sein métastatique est une nouvelle voie porteuse d’espoir pour éviter des récidives fatales à un grand nombre de femmes.

Pourquoi c’est important. Pour trois raisons. Économiquement, les accords de licence entre des entreprises de biotechnologies européennes et des groupes chinois restent exceptionnels. A cause de la régulation chinoise, c’est cependant le seul moyen d’y déployer les traitements innovants des entreprises biotechs suisses et européennes.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi