Réservé aux abonnés

Avoir mauvais goût aide les papillons de nuit à survivre

Papillon de nuit. | Shutterstock

Le Flux Santé s'intéresse aussi à la santé animale. Chloé Laubu, docteure en biologie du comportement animal, se penche ici sur course aux armements qui se déroule entre les chauves-souris et leurs proies, les papillons de nuit.

D’abord surpris d’observer que certains papillons de nuit étaient particulièrement apathiques devant des menaces de prédation, des chercheurs ont mis en évidence, dans un article paru le 16 décembre dans Frontiers, que ceux-ci avaient une autre stratégie que la fuite pour ne pas être dévorés: avoir mauvais goût!

Pourquoi c’est intéressant. La coévolution entre les proies et leurs prédateurs – où chacun influence l’évolution de l’autre – est un concept biologique toujours surprenant. Les prédateurs évoluent en améliorant leurs armes pour détecter ou attraper leurs proies, en réponse, ces dernières développent de nouveaux moyens de défense, et ainsi de suite. Cette étude est un nouvel exemple de la course aux armements qui se déroule entre les chauves-souris et leurs proies, les papillons de nuit.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter