| | question

Au fait, est-ce qu’on peut de nouveau prendre de l’ibuprofène?

Heidi.news, DR

L’alerte venue de France concernant un risque d’aggravation de Covid-19 lié à la prise d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) a marqué les esprits. Maintenant que l’épidémie a reflué, plusieurs lecteurs nous demandent s’ils peuvent prendre de l’ibuprofène ou d’autres molécules de la même classe (naproxène, diclofénac…) pour traiter des symptômes de la vie courante comme les règles douloureuses, le mal de tête ou la migraine.

La réponse d’Yvan Pandelé, journaliste (désenflammé) au Flux Santé. Les informations publiées peuvent sembler contradictoires car la question de fond reste ouverte. Pour résumer: on a des raisons de penser que l’ibuprofène et les autres AINS accentuent le risque de complications dans les maladies infectieuses en général. En revanche, on ne dispose pas de données spécifiques à Covid-19. Dans le doute, et parce que les effets indésirables des AINS tendent à être sous-estimés, on recommande plutôt le paracétamol en première intention, surtout dans un cadre d’automédication.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi