| | news

Au CHUV, les physiothérapeutes œuvrent aux côtés des réanimateurs

Les séjours prolongés aux soins intensifs débouchent souvent sur un affablissement neuromusculaire généralisé (image d'illustration, USI de la clinique Ambroise Paré à Neuilly) | Keystone / Christophe Petit Tesson

Au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), comme dans tous les services de réanimation accueillant des malades atteints d’une forme sévère de Covid-19, la prise en charge est pluridisciplinaire et mobilise entre autres les physiothérapeutes. Être sous respirateur est une épreuve pour le corps: ces spécialistes du mouvement assurent un rôle essentiel, à la fois thérapeutique et préventif.

Pourquoi c’est important. Les risques d’un séjour en réanimation sont multiples: la ventilation mécanique prolongée et l’alitement engendrent des faiblesses musculaires.  Au sortir de la réanimation, le patient peut se retrouver fortement handicapé, parfois même momentanément tétraplégique – un syndrome baptisé “neuromyopathie acquise en réanimation”.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi