| | News

«Après deux fausses couches totalement à mes frais, je ressens une profonde injustice»

Image d'illustration. | Shutterstock

Ce témoignage accompagne un article sur le dur chemin des assurées en cas de fausse couche.

Yannick, 39 ans, habite à Genève. En 2018 et 2019, cette mère d’un enfant de 5 ans a fait deux fausses couches, à quelques mois d’intervalle, puis a dû subir une interruption de grossesse. Dans ces trois situations, elle a dû prendre à sa charge des frais importants. Pour Heidi.news, elle raconte son parcours.

«En novembre 2018, je suis enceinte de six semaines. En raison de saignements, je me rends aux urgences de la maternité des HUG. Une échographie montre un cœur qui bat. Tout va bien. Mais lors de mon premier contrôle de grossesse, deux semaines plus tard, ma gynécologue constate que j’ai fait une fausse couche. L’embryon est toutefois encore présent. Elle me propose trois options: attendre qu’il se détache de lui-même, prendre un médicament pour déclencher des contractions ou un curetage sous anesthésie générale.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi