Réservé aux abonnés

Antoine Hubert: «Le but premier du Réseau de l'Arc est de maintenir ses membres en bonne santé»

Antoine Hubert, le 28 octobre à 2022 à Moutier. | Keystone / Jean-Christophe Bott

Antoine Hubert explique dans cet entretien pourquoi il a tenu à annoncer ce nouveau modèle avant que l'OFSP ait donné son aval. Il s’explique également sur les conflits d’intérêts potentiels d’un tel réseau et sur ce qui pourrait faire son succès.

Antoine Hubert, administrateur délégué de Swiss Medical Network, rêve de disrupter le système de santé suisse depuis de nombreuses années. Et il avait bien cette envie chevillée au corps lorsqu’il a investi quelque 25 millions dans l’Hôpital du Jura bernois en janvier 2020. Il parlait alors déjà de soins intégrés, mais doutait de convaincre une assurance-maladie à rejoindre un tel projet.

Lire aussi: Antoine Hubert bouscule le paysage hospitalier en entrant dans le capital de l’Hôpital du Jura bernois

C’est désormais chose faite depuis l’annonce du 28 octobre dernier: le mariage à trois – canton de Berne, Visana et Swiss Medical Network – est acté et devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2024. Enfin, si l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) donne son aval d’ici là.

Antoine Hubert explique dans cet entretien pourquoi il a tenu à annoncer ce nouveau modèle avant que le surveillant de l’assurance-maladie ait donné son aval. Il s’explique également sur les conflits d’intérêts potentiels d’un tel réseau et sur ce qui pourrait faire son succès.

Heidi.news – L'OFSP n'a pas encore validé le projet du Réseau de l’Arc. Y a-t-il un risque que ce nouveau modèle soit refusé par l'OFSP?

Antoine Hubert – Nous ne voyons pas de risque à ce qu’un produit d’assurance de base alternative, en tout point conforme à la LAMal et qui, de plus, va dans le sens des mesures préconisées par l’OFSP, soit refusé.

Lire aussi: Est-ce une bonne idée de s'inspirer des Etats-Unis pour révolutionner le système de santé suisse?

Pourquoi avoir présenté le projet alors que le Réseau de l'Arc, pour sa partie assurance-maladie, n'a pas encore été validé par l'OFSP?
Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter