| | interview

Antibiorésistance: «Etre infectiologue aujourd’hui c’est aussi traiter le patient de demain»

La Dre Angela Huttner dans le service de maladies infectieuses des HUG, en 2017. | HUG, DR

Deux fois moins d’antibiotique pour un effet identique. Un essai clinique suisse vient de démontrer que les patients pris en charge pour une infection du sang pouvaient être traités par une semaine d’antibiothérapie au lieu des deux. Pour mettre en lumière ce résultat important, nous nous sommes entretenus avec la Dre Angela Huttner, infectiologue aux HUG, qui a dirigé ces travaux.

Heidi.news – Votre essai clinique visait à comparer les durées de prescription d’antibiotique chez des patients atteints de bactériémie. De quoi s’agit-il?

Angela Huttner – Ce sont des infections bactériennes du sang qu’on voit très souvent, surtout chez le patient âgé. C’est une pathologie sérieuse, qui nécessite un remplissage vasculaire, une hydratation, des antibiotiques, et parfois d’autres médicaments de soutien… En général, ça commence par une petite infection urinaire, qui remonte dans les reins et finit par gagner le sang. Les femmes ont souvent des infections urinaires – la plupart sont bénignes – à tous les âges, et les hommes aussi lorsqu’ils vieillissent et que la prostate bloque le passage des urines. L’autre cas fréquent est une infection qui se développe à partir des poumons, après une pneumonie par exemple.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi