| | Enquête

Ce que l'anthroposophie dit de Covid-19: une maladie avant tout symbolique

Le Goetheanum à Dornach | Wladyslaw / CC BY-SA / Creative Commons

Cet article est la première partie de notre enquête sur ce que dit l'anthroposophie de Covid-19. A la clé, une plongée édifiante.

Mi-mars, vous avez peut-être vu passer la vidéo d’un certain Dr. Cowan, ancien vice-président de la Physician Association for Anthroposophic Medecine, expliquant que le coronavirus était dû à la 5G. Selon lui, le virus ne serait pas la cause, mais la conséquence de la maladie: «Les cellules se retrouvent empoisonnées, et essayent de se purifier en excrétant des débris, que nous appelons virus.» Et comment les cellules se font-elles empoisonner? Par les ondes. Car depuis 150 ans, chaque pandémie correspondrait à «un saut quantique dans l’électrification de la Terre». La preuve: la grippe espagnole est concomitante à l’introduction des ondes radio, la grippe de Hong-Kong au déploiement des satellites «émettant des fréquences radioactives» (sic), et Covid-19 à l’installation de la 5G. Le clou de la démonstration, c’est que la première ville à en être équipée fut bien sûr… Wuhan.

À la lecture de ce raisonnement farfelu, on pourrait être tenté de tout balayer comme une énième théorie complotiste. Les articles de «débunkage» n’ont d’ailleurs pas manqué de proliférer, la vidéo fut vite retirée (mais peut toujours être trouvée ici), et les sociétés anthroposophiques se sont vite désolidarisées du Dr. Cowan, indiquant qu’il ne faisait plus partie de leur organisation.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi