Réservé aux abonnés

A quoi sert réellement la carte AI, en Suisse et à l'étranger ?

Image d'illustration | Keystone / Gaëtan Bally

Juillet, août, les grandes vacances et les voyages. Mais les excursions peuvent tourner au parcours du combattant lorsque l’on souffre d’un handicap. Une lectrice en témoigne :

«Je souffre du syndrome Ehlers-Danlos, une maladie génétique rare et invisible qui me provoque de fortes douleurs. Il m’est déjà arrivé de louper un avion à cause de mon handicap, je n’ai pas osé passer devant les gens, couper les files. Je me vois bien présenter ma carte AI à un quelconque clampin à l’étranger… C’est un bout de carton non plastifié, sans photo et dont les données s’effacent d’un effleurement de l'ongle. Les données sont rédigées dans les trois langues nationales, rien en anglais. A quoi me sert-elle, en Suisse et à l’étranger?»

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter