Réservé aux abonnés

A quoi ça sert de détecter des néonicotinoïdes dans le cerveau des enfants?

Image d'illustration. | Shutterstock / Sergey Nivens

Le liquide céphalo-rachidien qui entoure le cerveau de 14 enfants suisses contient des néonicotinoïdes, pesticides largement utilisés dans le monde et en Suisse. Dis comme ça, l’information a de quoi faire frémir, surtout que la petite cohorte testée est atteinte de cancer. Les résultats de l’étude (en prépublication) menée dans les cantons de Vaud et Neuchâtel ne disent rien d’une quelconque causalité entre cancer et exposition aux néonicotinoïdes. Ils mettent en revanche en avant l’exposition des enfants à ces substances.

Pourquoi on en parle. L’étude menée conjointement par l’Université de Neuchâtel et la Faculté de Médecine de Lausanne, sous la direction du Pr. Bernard Laubscher, pédiatre au Réseau hospitalier neuchâtelois et au CHUV, a permis de tester des techniques de mesure dans le liquide céphalo-rachidien. Le but: envisager des recherches à plus large échelle et évaluer la causalité entre exposition et effets délétères.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter