| | reportage

À l’Hôpital Riviera Chablais, pionnier de la césarienne douce

L'approche encourage un peau-à-peau immédiat, ce qui n'est pas le cas de la césarienne classique. | Keystone / Gaetan Bally

Kevin a deux jours et quelques cheveux duveteux sur le sommet du crâne. Le nourrisson est né par césarienne, mais selon une méthode originale, encore inédite en Suisse: la césarienne douce, aussi appelée césarienne participative. Initiée à l’Hôpital Riviera Chablais (HRC) il y a près de deux ans, elle vise à replacer la notion de naissance devant celle d’acte chirurgical. Reportage.

Pourquoi c’est intéressant. Cette approche vise à permettre à la mère de retrouver un pouvoir décisionnel lors de l’accouchement. Contrairement à une césarienne classique, la mère peut choisir de pousser malgré l’anesthésie, assister à la sortie du bébé et le porter en peau-à-peau immédiatement. Cette démarche sera présentée le 4 février à la Haute école de santé de Genève dans le cadre d’une rencontre autour de la périnatalité.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi