Réservé aux abonnés

A bord du train Suceava-Bucarest: portraits d’Ukrainiennes en exil

A bord du train qui va de la frontière ukrainienne jusqu'à Bucarest. | Heidi.news / LM

Derrière les arches vitrées de la gare de Suceava, la neige tombe à petits flocons. A l’intérieur, le café fume. Une dizaine de volontaires, principalement des étudiants et des religieux, accueillent les femmes, les enfants et les vieillards qui franchissent le pas de la porte. Dans le hall du bâtiment centenaire, au Nord-Est de la Roumanie, plusieurs milliers d’Ukrainiens défilent chaque semaine après avoir passé la frontière à 50 kilomètres au nord. Pour eux, les billets ferroviaires deuxième classe sont gratuits dans tout le pays.

Ce samedi 5 mars, une petite foule attend le train de 12 heures 37, direction Bucarest. Six heures de train, 450 kilomètres et des dizaines de destins que la guerre a réuni le temps d’un trajet.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter