Reservé aux abonnés

«Voir la foule sur les terrasses lausannoises après les soins intensifs, ça fait bizarre»

Image d'illustration. Un membre de la PC patrouille avec des flyers de prévention concernant le Covid-19 à Lausanne en mars 2020. | Keystone / Laurent Gillieron

Rien ne prédestinait Dylan à travailler aux soins intensifs du CHUV le week-end de Pâques. Physicien stagiaire pour MétéoSuisse le jour, pianiste la nuit, le gaillard traçait sa route, la tête dans les atomes et le cœur dans les jam sessions. Seulement, quand un minuscule virus est venu bouleverser l’ordre du monde, Dylan a dû revoir ses priorités. D’abord parce que le virus a envoyé Dylan œuvrer dans des centres d’accueil de nuit pour les sans-abri à Genève via son engagement à la protection civile, et ensuite parce que le musicien-scientifique a décidé d’aller traquer le virus comme testeur Covid au centre médical de Vidy à Lausanne au début de l’été. Enfin, alors qu’il pensait en avoir fini avec cet entrelas d’ARN, Dylan a été rappelé par la protection civile fin mars, cette fois du canton de Vaud, pour prêter main-forte aux infirmiers et infirmières des soins intensifs du CHUV.

Pourquoi on en parle. La riposte sanitaire contre Covid-19 a propulsé de nombreuses personnes à mille lieux de leur domaine de compétences. Parmi elles: les fonctionnaires réaffectés, les engagés de la protection civile et de l’armée. Actuellement dans le canton de Vaud, ils sont encore nombreux à être mobilisés, principalement en soutien aux campagnes de vaccination.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous