VIDEO - Les puffs arrivent dans les cours d'écoles, pour quels dangers?

Saveur Ice cream fraise, choco noisettes, chamallows…. Avec leurs goûts sucrés régressifs et leur packaging super attrayant, les puffs, ces cigarettes électroniques jetables, gagnent les cours d’écoles. Des bonbons à vapoter, dans lesquels il peut y avoir de la nicotine. Alors que les Suisses sont appelés à se prononcer sur l’initiative «Enfants et jeunes sans publicité pour le tabac», le 13 février prochain, PopScience fait le tour de la question du tabac dans ce nouvel épisode.

Le tabac, partout autour de nous. Ce n’est pas une nouveauté, la cigarette est omniprésente dans les films et les séries. Sur Netflix par exemple, on a compté 282 scènes de tabac juste dans la saison 2 de Stranger Things. Si la e-cigarette est moins présente dans nos petits écrans, une association américaine milite pour que les séries sentent quand même moins le tabac à l’avenir. De là à voir Clint Eastwood vapoter? Pas si sûr. Rappelons que la cigarette électronique a été inventée pour aider les fumeurs à progressivement se sevrer du tabac.

Lire aussi: Protéger les jeunes contre la pub pour le tabac est une question de santé publique avant tout

Si les membres des Peaky Blinders passent de la cigarette à du vapotage de puff goût raisin glacé, c'est plutôt une bonne chose. Mais le problème, c'est que les puffs ont tout pour séduire surtout ceux qui n'ont jamais fumé, c'est à dire les ados et les enfants. Ça ne vous a sans doute pas échappé: les tiktokeurs et les instagrameurs les collectionnent, les testent, les vendent…

Et même si elles sont strictement interdites aux moins de 18 ans, on peut déjà les retrouver dans les cours des écoles primaires et secondaires. Sous leurs design colorés et attrayants, les puffs ne sont pas des carambars, mais bien des liquides à vapoter dans lesquels la nicotine peut être présente. Or, la nicotine, qui apporte temporairement une sensation de bien-être, engendre peu à peu une accoutumance psychologique et physique. Vapoter des puffs aux chamallows pourrait alors progressivement orienter vers des bouffées plus corsées en nicotine, celles des cigarettes.

Pourquoi c’est un réel problème. Le tabac est responsable de 85% des cancers du poumon, dont une étude vient d'ailleurs de révéler qu'il touche de plus en plus de femmes, notamment dû à la progression du tabagisme chez elles. Et la tendance des vapes trop bonnes est si préoccupante que plusieurs pays veulent carrément interdire les arômes dans les cigarettes électroniques, pour que le produit devienne moins séduisant.

Aujourd'hui, 80% de toutes les e-cigarettes produites seraient consommées par des personnes âgées de 12 à 17 ans

Aux Etats-Unis, la FDA, c'est-à-dire l'agence qui régule la mise sur le marché de la nourriture et des médicaments, prend de plus en plus de mesures restrictives à l'égard de ces produits, car elle juge qu'ils sont une réelle menace pour la jeunesse. L'été dernier, l'agence a ainsi interdit 55’000 produits de ce type. Mais il y en a encore des millions...

Reste désormais à savoir si les bénéfices des e-cigarettes comme solution de sevrage pour les adultes fumeurs est suffisamment important pour accepter le risque qu'elles font courir aux plus jeunes de tomber dans le tabac.

Voir aussi: Comment les drogues affectent notre cerveau?

Seulement la santé publique? En attendant de trancher ce débat, on peut déjà dire que les puffs, c'est un peu une ineptie écologique. Avec une puff qui coûte entre 8 et 12 francs, tu prends 600 bouffées et, après, tu jettes un bout de plastique contenant une mini batterie au lithium.

Elles peuvent être recyclées si elles sont amenées en déchetterie dans les containers dédiés. Mais sur tous les consommateurs de puffs, combien vont faire l'effort d'y aller?