| | News

«Les ambulances arrivent au quart d’heure», alerte un médecin de l'Hôpital fribourgeois

Le Dr Nicolas Blondel, médecin interniste à l’Hôpital fribourgeois (HFR), a lancé un cri d’alarme au travers d’une vidéo lundi 2 novembre au soir, maintes fois repartagée sur les réseaux sociaux depuis. Il tire la sonnette d’alarme sur une situation sanitaire au bord de l’implosion et rappelle les Fribourgeois à l’ordre. Extraits.

Pourquoi c’est alarmant. Avec plus de 185 patients Covid-19 hospitalisés et des ambulances qui arrivent tous les quarts d’heure aux urgences, l’HFR devrait être saturé au plus tard d’ici jeudi, alerte le médecin. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle vécue en Lombardie lors de la première vague, qui a placé de nombreux médecins et soignants devant des choix tragiques.

La situation au HFR. Selon le médecin, un test Covid-19 sur deux effectué à l’HFR se révèle positif. L’hôpital, qui a déjà dû reporter ses interventions non-urgentes et héliporter des patients vers d’autres hôpitaux, ne désemplit pas. Le Dr Nicolas Blondel, spécialiste en médecine interne générale à l’HFR, met en garde contre une catastrophe sanitaire à venir:

«Ici, à l’Hôpital fribourgeois, la situation est extrêmement grave. A l’heure actuelle, on a déjà plus de 185 patients hospitalisés avec un Covid. Tout à l’heure aux urgences, les ambulances arrivaient au quart d’heure. Et si ça continue comme ça, on n’aura plus de place, probablement mardi, mercredi ou jeudi.»

Il rappelle que la maladie ne touche pas que les personnes âgées:

«Ce ne sont pas que des patients âgés. L’âge moyen est aux alentours de 70 ans. Mais on a des patients qui sont beaucoup plus jeunes, on en a même qui ont moins de 40 ans. Ce sont des patients qui ne vont pas bien et dont certains ne pourront pas être soignés comme on le voudrait.»

Les grands rassemblements de personnes sont en cause:

«Les patients qui ont été hospitalisés, ce sont avant tout des Fribourgeois qui ont fait la Bénichon ou le Recrotzon (fêtes locales, ndlr). On compte pour l’instant assez peu d’étrangers. Alors je crois que dans la population on est pas conscient de la gravité de la situation.»

L’infection est aussi en train de se propager parmi les soignants: Au premier octobre, sur ses 3474 collaborateurs, le HFR ne comptait que trois collaborateurs infectés par Covid-19. Le 2 novembre, le total se montait à 89.

Vives critiques aux autorités. Les mots sont durs à l’intention des autorités qui n’ont, selon le médecin, pas suffisamment anticipé l’ampleur de la deuxième vague:

«J’espère que nous n’aurons pas une catastrophe sanitaire comme en Lombardie. Mais actuellement, la Suisse, qui est un des pays les plus développés d’Europe occidentale, a failli à ses obligations.»

Selon le médecin, les médias aussi ont un temps de retard:

«Je crois que la presse et nos autorités ont un peu de retard sur la situation, c’est le dernier moment pour prendre des mesures.»

L’appel du Dr Blondel. «C’est le dernier moment pour agir (…) Le Covid ce n’est pas la grippe. On est en train d’arriver à une catastrophe sanitaire. (…) Alors j’ai besoin de vous pour caser la transmission du virus(...)»

Voici comment:

  • Portez le masque en intérieur, sauf à la maison, et en extérieur lorsqu’il y a beaucoup de monde

  • Portez le masque dès que vous vous sentez malade, aussi en famille

  • Respectez une distance d’au moins 1,5 mètre lorsque vous retirez votre masque (y compris lors des repas)

  • Renoncez aux rencontres sans les mesures de distanciation, ne faites plus de fêtes privées ou de fêtes de famille ces prochaines semaines

  • Si vous allez dans un café avec une connaissance et que la distanciation ne peut être respectée, portez le masque à table durant la conversation même si ça n’est pas obligatoire, vous le décrocherez brièvement pour consommer

  • Lavez-vous ou désinfectez-vous les mains souvent, en particulier avant de les porter au visage

  • Evitez les lieux qui ne respectent pas les mesures de protection

  • Préservez les personnes âgées et à risques en renonçant à leur rendre visite

  • Renoncez aux activités de loisirs susceptibles d’entraîner des blessures pour ne pas surcharger les services d’urgence inutilement

  • Arrêtez de croire ceux qui disent que tout va bien

«Si toute la population change son comportement, on a peut-être encore une chance que la situation ne devienne pas celle de la Lombardie.»

La nouvelle se répand. L’appel du Dr Blondel a été repartagé de nombreuse fois sur les réseaux sociaux et dans les médias. Un exemple parmi le personnel soignant:

Bonjour à tous, Comme vous le savez je travaille à l’hôpital fribourgeois (HFR) comme infirmière La situation est en ce...

Publiée par Sophie Huré sur Lundi 2 novembre 2020

Mais aussi par l’Etat de Fribourg sur son compte Twitter: