| | News

Genre: vers une interdiction des thérapies de conversion dévastatrices et trompeuses

Les thérapies de conversion sont souvent dévastatrices pour les personnes LGBTIQ. | Shutterstock / Dmytro Zinkevych

Dans la première enquête mondiale sur la réglementation juridique des soi-disant thérapies de conversion, l’Association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes (ILGA) tire un bilan sombre de ces thérapies qu’elle qualifie de tromperies. Mais 2020 pourrait être une année charnière pour interdire des pratiques délétères et inefficaces à changer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne.

Pourquoi on en parle. L’Allemagne, l’Autriche, Malte, le Brésil, l’Argentine, plusieurs Etats américains et provinces canadiennes ont déjà interdit ces thérapies, et d’autres pays (la Grande-Bretagne notamment) y songent. En Suisse, l’interdiction de la pratique s’opère de facto sans être explicitement inscrite dans la loi. Le Conseil fédéral estimant que la législation actuelle est suffisante, il invite les cantons à se saisir du sujet qui concerne quelque 14’000 personnes dans le pays.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.