Reservé aux abonnés

Variant Omicron: la Suisse fait-elle sa crise de la quarantaine?

Image d'illustration. | Shutterstock / Ink Drop

Il y a quelques jours encore, le certificat Covid permettait de parcourir l’Europe sans encombre. C’est terminé. L’apparition du variant Omicron a provoqué une salve de restrictions de voyage partout sur la planète et la Suisse n’y échappe pas. Berne a déjà placé 23 pays sur «liste rouge». Pour les autorités, qui doivent gérer une cinquième vague épidémique portée par le variant Delta, il s’agit de retarder la circulation du variant Omicron sur son territoire grâce aux quarantaines et dépistages systématiques des voyageurs en provenance des pays sur la liste. En somme, de gagner du temps.

Pourquoi ça interroge. La Suisse a déjà confirmé quatre cas d’infection au variant Omicron sur son territoire, et tous ne sont pas des cas importés. Dès lors, comment évaluer les bénéfices des restrictions de voyage? L’OMS insiste sur le fait qu’elles n'empêcheront pas la propagation du variant à l’internationale, mais que les quarantaines et dépistages peuvent retarder ou réduire l'importation de nouveaux variants. Elle invite à encadrer strictement cette pratique en édictant des mesures proportionnelles au risque et limitées dans le temps. Alors, bonne élève, la Suisse?

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous