| | News

Une enquête de L214 fait ressurgir le spectre des abus dans les abattoirs

Image d'illustration. | Keystone / Ennio Leanza

Un scandale de plus frappe le secteur de l’abattage en France. Une enquête de L214, dont Le Monde se fait écho, dénonce des carences graves dans un abattoir à Cuiseaux en Saône-et-Loire. La structure appartient au groupe Bigard qui commercialise, entre autres, la marque Charal qui garnit les rayons des supermarchés suisses. Le document alerte, notamment, sur les manquements observés au niveau des contrôles vétérinaires et l’abattage de vaches gestantes. En France, le transport des bovins au-delà de huit mois de gestation est interdit.

Pourquoi c’est sensible ici aussi. En Suisse aussi, plusieurs entorses à la loi ont été constatées ces dernières années dans différents abattoirs. Une enquête fédérale a été menée en 2018 et 2019 afin de faire la lumière sur les conditions d’abattage dans le pays. A la clé, plusieurs mesures dont un renforcement de la formation du personnel. Parallèlement, diverses initiatives ambitionnent de favoriser le bien-être des animaux de rente.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.