| | News

Un projet de big data cherche à identifier les variants du Sars-CoV-2 plus vite

GPAS ambitionne de démocratiser le séquençage post tests PCR. | Oracle

L'Université d'Oxford et l’entreprise informatique Oracle se sont associées pour concevoir un système mondial d'analyse des pathogènes (GPAS – Global Pathogen Analysis System). Le premier objectif de ce projet est d’identifier plus rapidement l’émergence de variants du Sars-CoV-2.

Pourquoi c’est intéressant. Les tests PCR permettent d’identifier la présence du coronavirus, mais seules une partie de ces informations sont ensuite analysées afin d’identifier la souche exacte, voire d’en découvrir de nouveaux variants. Ce séquençage n’est pas systématique. Le système proposé par l’Université d’Oxford et Oracle permet de le démocratiser via une collaboration avec le spécialiste du séquençage Nanopore.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.