Un hôpital parisien alerte sur la hausse des tentatives de suicide chez les enfants

Pixabay / Mohammed_Hassan

Un chiffre a affolé les réseaux sociaux: 299%. Il est tiré d’une lettre de recherche publiée dans la revue américaine Jama, dont Libération se fait écho. Il désigne l’augmentation des admissions aux urgences d’un hôpital parisien pour des tentatives de suicide chez les moins de 15 ans, entre l’été 2019 et le printemps 2021. Les chercheurs, qui ont analysé les 830 admissions aux urgences pédiatriques de l’hôpital Robert-Debré recensées ces onze dernières années pour tentatives de suicide, associent l’augmentation des cas durant l’épidémie à deux phénomènes: une tendance haussière depuis 2016, catalysée par les conséquences directes et indirectes de l’épidémie. Ils citent notamment le deuil, la détérioration de la santé et des conditions économiques des familles ainsi que l’augmentation du temps d'écran et de dépendance aux médias sociaux.

Pourquoi on en parle. Même si cette analyse ne porte que sur un hôpital et un bassin de population plutôt défavorisé (et donc a priori plus vulnérable aux conséquences de l’épidémie), les effets délétères de la pandémie sur la santé mentale des enfants se révèlent petit à petit partout dans le monde. Le service CheckNews de Libération a épluché les bulletins épidémiologiques émis par Santé publique France et note la même tendance que celle observée à l’hôpital Robert-Debré au niveau national. En Suisse aussi, les signaux sons alarmants. Parmi eux, des hospitalisations en pédopsychiatrie qui ont drastiquement augmenté en Suisse romande en 2020.

Lire aussi: Santé mentale: non, les jeunes ne vont pas mieux

link

A lire sur Libération