| | Analyse

Un an de Covid-19: quand la «fatigue pandémique» se fait sentir

Pixabay / Sammy-Williams

Le 24 février 2020, la Suisse enregistrait la première infection à Sars-CoV-2 et, le 5 mars, le premier décès de Covid-19. Dans cette série d'articles, Heidi.news tente d’apporter des réponses et revient sur une année forte en émotions.

Ils ont suivi scrupuleusement toutes les préconisations sanitaires depuis un an. Confinement, distanciation, port du masque, ils se sont adaptés et ont fait preuve de bonne volonté dans le but de lutter contre la propagation du virus. Mais, aujourd’hui, ils n’en peuvent plus et cèdent à la morosité, en relâchant leur vigilance sur les mesures barrières ou en y renonçant totalement. Comme des millions de personnes à travers le monde, ils sont frappés de ce que l’OMS a baptisé «fatigue pandémique». De quoi s’agit-il exactement? Comment y remédier?

Pourquoi on vous en parle. Si la Suisse a engagé un assouplissement prudent et progressif des mesures sanitaires, la situation reste incertaine et le moral des Suisses est au plus bas. La Fédération Suisse des Psychologues (FSP) indique que deux tiers des psychothérapeutes doivent régulièrement refuser des demandes de nouveaux patients. Les autorités notent un relâchement du respect des règles sanitaires, les manifestations sauvages de protestation se multiplient et la grogne monte au sein de la population. Pourtant, il va encore falloir tenir et déployer des ressources qui semblent souvent déjà taries.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.