| | Idées

Un an après le début de l'épidémie d'Ebola, l'espoir a laissé place à la tristesse

Trish Newport est coordinatrice d’urgence pour MSF sur l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC). Un an après le démarrage de la 10e épidémie, qui a déjà fait plus de 1700 victimes et vient d’être classée deuxième plus grande épidémie d'Ebola de l'histoire mondiale, elle appelle à un changement d’approche dans la lutte contre le virus, afin de gagner la confiance des populations.

Je me souviens de ce 24 juillet 2018. La fin de la 9e épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo (RDC) venait d’être déclarée. J’étais alors chargée de gérer le projet de vaccination de MSF. C'était la première fois que le vaccin expérimental était utilisé pour tenter d’endiguer l’épidémie. J'ai naïvement pensé qu'avec ce vaccin efficace, le monde n'aurait plus jamais à faire face à une épidémie d'Ebola de grande ampleur. Mais comme cela s'est produit tant de fois dans mon parcours d’humanitaire, je me trompais.

Une semaine après la fin officielle de la 9e épidémie d'Ebola, la 10e démarrait.

Pour la population vivant dans les zones touchées par le virus en RDC, cette année a été longue, douloureuse et meurtrière. Des centres de traitement ont été violemment attaqués et détruits, des agents de santé ont été assassinés parce qu'ils travaillaient dans le cadre de la réponse à Ebola, des civils ont été tués par les forces de sécurité censées les protéger de la riposte Ebola, et des gens continuent de mourir de cette maladie.

Au mois de juillet 2019, cette épidémie d'Ebola a été déclarée "urgence sanitaire publique de portée internationale". L’impact de cette déclaration sur la réponse actuelle n’est toujours pas clair. Ce que nous constatons, c'est qu'encore plus d'argent est consacré à Ebola. Mais s'il n'y a pas de changement dans la façon dont l'épidémie est gérée, tous ces fonds ne serviront à rien. Cela ne fera que créer davantage de problèmes.

Depuis le début de cette épidémie, un des problèmes majeurs est que ses acteurs ne sont pas encore parvenus à gagner la confiance des populations locales. Pourtant, il existe non seulement un vaccin efficace, mais aussi des traitements expérimentaux, et des outils qui étaient beaucoup moins accessibles lors de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014. Sans la confiance de la population, ces outils ne pourront jamais être utilisés à la mesure de leur potentiel, ce qui crée une grande frustration.

En février 2019, deux de nos centres de traitement Ebola (CTE) dans l'épicentre de l'épidémie au Congo ont été attaqués. Nous ne savions pas qui étaient les assaillants, ni pourquoi ils s’en prenaient à nous. Comme nous ne pouvions plus assurer la sécurité de notre personnel et de nos patients, MSF a pris la douloureuse décision de suspendre toute activité dans cette zone.

Depuis, nous avons décidé d’adapter notre approche en écoutant davantage les priorités des communautés en matière de santé et répondre à leurs besoins. Nous avons élargi nos efforts à toutes les maladies qui touchent la population, comme le paludisme, la rougeole et la diarrhée. Nous avons démarré la construction de puits et de points d’eau, afin que les gens puissent se laver les mains et ainsi empêcher la propagation d'Ebola. Dans les centres de santé locaux existants, nous avons mis en place des zones d’isolement pour les cas suspects d'Ebola, afin que les patients puissent être soignés directement dans leur communauté, au lieu d’être contraints à l’isolement dans les CTE.

Et nous avons observé un changement dans la perception de nos activités. Malheureusement, cette approche n'a toujours pas été adoptée par l'ensemble des organisations qui luttent contre l’épidémie et une méfiance générale subsiste au sein des populations.

Un an après le début de l'épidémie, plus de 2 600 personnes sont tombées malades et plus de 1 700 personnes sont mortes de cette maladie. Je pense à toutes ces personnes qui ont été touchées par le virus. Sans un changement radical d’approche, et rapide, l’épidémie n’est pas prête d’être endiguée.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.