Reservé aux abonnés

Ukraine: sous les bombes, le défi d'une médecine de guerre

Des militaires ukrainiens marchent devant les fragments d'un avion abattu à Kiev, le 25 février 2022. | Keystone / AP Photo / Oleksandr Ratushniak

Les missiles strient le ciel et le bilan s’alourdit. Samedi 26 février au matin, Viktor Liachko, le ministre de la Santé ukrainien, a fait état de 198 civils tués et plus d'un millier de blessés. Un avant-goût d’une catastrophe sanitaire qui se joue sous les décombres et dans les hôpitaux, mais pas seulement.

Pourquoi c’est complexe. La transition vers la médecine de catastrophe implique une réorganisation abrupte du système de santé. Transfert et identification des blessés, acheminement de matériel, gestion du personnel soignant: les défis immédiats sont immenses. Mais ils ne sont qu’une partie du puzzle. En temps de guerre, c’est la santé de toute la population qui devient vulnérable. A fortiori dans un pays comme l’Ukraine, au système de santé déjà fragile.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous