| | Radar

Succès à confirmer pour la première transplantation de rein issue d’un cochon

Rein prêt à transplanter (image d'illustration). | Keystone / Leandre Duggan

C’est un pas important, sur un chemin encore long. Une équipe de chirurgiens transplanteurs de l’hôpital universitaire NYU Langone (New York), sous la direction du Pr Robert Montgomery, a réussi à implanter et vasculariser chez l’humain un rein issu d’un cochon transgénique – semble-t-il avec succès. L’opération s’est déroulée le 25 septembre, sur une patiente en état de mort cérébrale. Les données médicales n’ont pas encore été rendues publiques mais d’après les retours de l’équipe, qui a monitoré la patiente pendant 54 heures, le transplant s’est avéré fonctionnel et il n’y a pas eu de rejet immédiat. USA Today a couvert l’intervention en exclusivité, et le New York Times en parle à tête reposée.

Lire aussi: Première greffe de rein de porc: «Ils ont montré que c’était faisable et c’est déjà beaucoup»

Pourquoi c’est important. Seule la transplantation à partir d’un donneur humain est possible à ce jour et l’attente est longue, de l’ordre de deux à trois ans en Suisse. La possibilité d’employer des organes animaux est envisagée depuis plus d’un demi-siècle, les premières tentatives datant des années 1960 avec des reins de primate. Mais la xénotransplantation a donné des résultats médiocres, en raison de la barrière immunologique entre espèces. Les progrès de la génétique pourraient changer la donne: l’équipe de Langon a employé un cochon modifié pour être moins immunogène, produit par la société Revivicor et autorisé depuis 2020 aux Etats-Unis. On ne sait encore rien de la bonne conservation de tels greffons au fil des mois, élément déterminant pour espérer voir cette technique se généraliser.

link

A lire dans USA Today (EN)

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.