Reservé aux abonnés

Rencontre avec un pasteur ukrainien qui a transformé son église en centre pour déplacés

Natalia, de Nikolaïev, a laissé son mari et certains de ses enfants derrière elle. | Joseph Roche

Après des études de droits et de relations internationales, Joseph Roche a travaillé pour les ONG Geneva Call et Justice Rapid Response, ainsi que pour un cabinet d’analyse géopolitique britannique, Oxford Analytica. Quand la guerre a éclaté en Ukraine, il s'y est rendu pour l’ONG française ASAH, l’Association au Service de l'Action Humanitaire. Depuis le sud-ouest du pays, il raconte comment un pasteur organise l'accueil de déplacés.

Je suis arrivé à Lviv, dans l’ouest de l'Ukraine, début mars pour travailler avec une organisation humanitaire. Après quelques semaines, je me suis rendu à Izmail, dans le sud du pays. Là-bas, j’ai rencontré Edward Myrmyr.

Au bord du lac Yalpug dans le village de Ozerne, Edward accueille des centaines de réfugiés venus de toute l’Ukraine depuis le début du conflit. La petite quarantaine et la barbe bien taillée, Edward m’a expliqué que son centre accueille surtout des déplacés en provenance de Donetsk, Nikolaïev, Marioupol et Slaviansk.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous