Psychiatrie: une femme se croit morte après avoir eu Covid-19

Image d'illustration. | Pixabay / sbtlneet

Deux mois après avoir été infectée par le variant Alpha de Sars-CoV-2, une enseignante turque de 41 ans, sans antécédents médicaux, a été admise aux urgences psychiatriques à Istanbul persuadée que son système nerveux était en décomposition. Convaincue d’être physiquement morte, elle souhaitait mettre fin à ses jours pour prouver à sa famille que son suicide n’aurait aucune conséquence. Ce cas clinique, publié le 16 juin dans la revue Schizophrenia Research, a été repéré sur le blog Réalités biomédicales du Monde. Il s’agit du premier cas décrit de syndrome de Cotard après un Covid-19.

Lire aussi: Comment le Sars-CoV-2 affecte le cerveau sans y entrer

Pourquoi ça interpelle. Le syndrome de Cotard, décrit pour la première fois en 1880, est un trouble neuropsychiatrique rare, lors duquel la perception de soi est profondément altérée. Les patients qui en souffrent sont convaincus que certains de leurs organes sont en décomposition ou ont disparu, et certains d’entre eux sont même convaincus de ne plus exister. De la même façon qu’il peut affecter le goût et l’odorat, les psychiatres turcs forment l’hypothèse que le virus puisse avoir induit un défaut de proprioception (perception interne du corps), lequel aurait facilité l’apparition du syndrome. Mais les mécanismes biologiques restent à l’évidence très mal compris.

link

A lire sur le blog Réalités biomédicales