Reservé aux abonnés

Un tiers des parlementaires ont des liens d’intérêts dans la santé


La 51e législature débute ce lundi 2 décembre à Berne. Le Parlement dévoile son nouveau visage et ses nouveaux équilibres. Heidi.news s’est penché sur les profils des 246 parlementaires pour évaluer leurs ancrages avec les milieux de la santé: diplômés dans le secteur, parcours professionnel dédié, activités en lien avec les milieux médicaux, liens d’intérêts avec les acteurs du secteur (assurances-maladie, industrie pharmaceutique, hôpitaux, cliniques, etc.). Le constat au 1er décembre est simple: il y a peu de professionnels, mais beaucoup de politiciens avec des liens d’intérêts dans les milieux de la santé. Et la situation est appelée à évoluer au cours de cette législature.

Pourquoi c’est important. Être membre d’un groupe de réflexion pour une assurance-maladie, membre du conseil d’administration d’une faîtière hospitalière ou médicale… Autant d’activités extra-parlementaires qui peuvent influencer les politiciens au moment de voter des nouvelles mesures législatives. Connaître les liens d’intérêts, publics, entretenus par nos élus est capital pour comprendre leurs positions.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous