Reservé aux abonnés

«C’est très grave, le Conseil fédéral instaure une médecine à deux vitesses»

Le Dr Philippe Eggimann est président de la Société vaudoise de médecine (SVM) et de la Société Médicale de la Suisse Romande (SMSR). | Keystone / Jean-Christophe Bott

Le 19 août, Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé, présentait le deuxième paquet de mesures visant à freiner la hausse des coûts de la santé. La promesse: un milliard de francs d’économies (soit environ 3% des primes). Neuf mesures sont privilégiées par le Conseil fédéral, en plus de celles déjà présentées dans le premier paquet. Certaines, comme l’instauration d’une enveloppe fermée pour les soins remboursés ou la fin de l’accès direct aux médecins spécialistes, suscitent les critiques des organisations médicales. Le Dr Philippe Eggimann, président de la Société vaudoise de médecine (SVM) et de la Société Médicale de la Suisse Romande (SMSR), nous fait part de ses griefs.

Heidi.news – Le Conseil fédéral propose un nouveau paquet d’économies possibles pour freiner la hausse de coûts de la santé. Pourquoi êtes-vous sceptique?

Philippe Eggimann – Toute économie est bonne à prendre, mais les 3% qu’Alain Berset fait miroiter sont très largement inférieurs aux hausses injustifiée des primes d’assurance-maladie que l’OFSP a acceptées ces dernières années. Ce conseiller fédéral a la tutelle de cet office et il a validé ces hausses sans états d'âme depuis au moins cinq ans, tout en reconnaissant l’année dernière que ses services ne bénéficiaient pas de la transparence nécessaire de la part des assureurs. Il serait beaucoup plus judicieux d’instaurer la transparence, comme cela a été demandé par le Parlement il y a quelques mois. Il est également important et urgent de définir une base méthodologique explicite permettant de discuter des effets des mesures proposées.

L’industrie pharmaceutique a en effet joué une carte intéressante en réussissant à faire passer une exception à la transparence sur la fixation des prix des nouveaux médicaments. On continuera à ignorer comment et sur quels critères ces prix sont établis. Cela pose-t-il vraiment problème?
Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous