Reservé aux abonnés

Pour que le PS retire son initiative sur l'allègement des primes, il faudra débourser 2,2 milliards

Pierre-Yves Maillard, conseiller national, au Parlement à Berne, le 8 juin 2022. | Keystone / Anthony Anex

L’initiative du Parti socialiste visant à plafonner à 10% du revenu des ménages le montant des primes d’assurance-maladie a été sèchement rejetée par le Conseil national ce 16 juin (121 voix contre 67). Mais les élus ont largement approuvé (118 voix contre 69) une proposition du Conseil fédéral qui poussera les cantons et la Confédération à investir pour réduire la charge des primes d’assurance-maladie. Ce contre-projet indirect, évalué à 2,2 milliards de francs, est deux fois moins onéreux que l’initiative.

Pourquoi ce n’est pas une surprise. L’initiative du PS n’avait aucune chance au Conseil national. Chiffrée à 4,5 milliards, elle a également peu de chance d’être approuvée en votation. Mais la charge des primes pour les ménages est telle – et risque encore de s’alourdir cet automne – qu’une majorité de la chambre du peuple est prête à desserrer les cordons de la bourse. S’ils sont aussi validés au Conseil des Etats, ces 2,2 milliards pourraient pousser les initiants à retirer leur initiative. Au PS, on y songe.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous