| | Radar

Plaidoyer pour augmenter le nombre de lits dans les hôpitaux

Patients pris en charge dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital régional de Lugano, le 16 novembre 2020. | Keystone / Ti-Press / Pablo Gianinazzi

C’est un pavé dans la mare. Christian Fehrlin, propriétaire de Medinside, média en ligne alémanique spécialisé en santé, vient d’écrire une tribune en forme de plaidoyer pour la création de lits dans les hôpitaux et l’augmentation des capacités dans les unités de soins intensifs. Pour lui, le calcul est limpide: «L’épidémie de Covid a coûté 94 milliards de francs. Mais pas un seul franc n'a été investi dans le problème principal».

Pourquoi on en parle. Depuis le début de l’épidémie, la Suisse a dépensé «722 millions pour la prise en charge des patients Covid, 2,7 milliards pour la prévention et 90,7 milliards pour l'atténuation des conséquences économiques. Mais pas un seul centime n'a été consacré à l'extension de la capacité des lits hospitaliers», relève l’auteur de la tribune. Il plaide en faveur d’une réflexion en profondeur sur le sujet.

Créer des centres d’urgence. Sa proposition mérite d’être étudiée et consiste en la création de centres d’urgence bien équipés répartis sur l’ensemble du territoire, à déployer en cas d’urgence et pour les situations exceptionnelles. Centres qui devraient «être exploités soit par l'armée soit par le service civil».

De quoi répondre au problème des goulets d’étranglement que vivent régulièrement les hôpitaux, du fait de la grippe, de Covid ou d’une future épidémie. Christian Fehrlin:

«Pour des raisons économiques, nos hôpitaux fonctionnent à haute capacité afin d'être raisonnablement économiques. Il existe des directives politiques en la matière, et elles sont délicates.

C'est un problème bien connu: si l'on veut accroître l'efficacité, les hôpitaux ne sont finalement pas équipés pour absorber les courts goulets d'étranglement en matière de capacité ou pour faire face à une accumulation extraordinaire de cas.»

Les coûts. De tels dispositifs ont évidemment un coût. La réponse du propriétaire de Medinside apporte déjà une esquisse de réponse:

«Même si nous investissons 1,5 milliard par an dans la création de tels centres de crise, cela reviendra toujours moins cher dans 50 ans que de dépenser 94 milliards pour une seule pandémie.

Et les pandémies nous accompagneront encore pendant des années. C'est pourquoi nous avons besoin d'une solution durable pour la "nouvelle urgence", qui allège la charge du système de santé et réduise au minimum les restrictions sociales.»

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.