Reservé aux abonnés

Pas de vote à distance pour les parlementaires en quarantaine

Avant-salle du Parlement lors de la session extraordinaire du Conseil National le 30 octobre 2020. Photo: Keystone/Alessandro della Valle

A une courte majorité (7 voix contre 6), la commission des institutions politiques du Conseil des Etats s’est opposée mardi 10 novembre à une initiative qui voulait permettre aux députés absents en raison d’une mise en quarantaine ou en isolement dû au Covid-19 de participer aux votes du Parlement depuis la maison, de manière sécurisée. Aujourd’hui, les parlementaires peuvent suivre les débats en streaming à distance, mais ne peuvent pas voter s’ils ne sont pas physiquement au Palais.

Pourquoi c’est discutable. La session d’hiver du Parlement doit débuter le 30 novembre prochain. Or, au vu de l’évolution de la pandémie, que faire si un nombre important de députés ne peut pas s’y rendre en raison de mises en quarantaine? Que faire si la majorité des absents proviennent du même parti ou de la même région linguistique? Annuler la séance? La repousser? La tenir malgré les absents? Pour ne pas courir le risque d’un déséquilibre entre les forces en place et d’entacher le bon fonctionnement de la démocratie, la commission des institutions politiques du Conseil national avait proposé d’instaurer la possibilité − limitée dans le temps − de voter à distance de manière électronique; un plan d’urgence contrarié principalement par les «vieux messieurs» du Conseil des Etats, selon la NZZ. Du moins pour le moment.

link

A lire dans la NZZ

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous