| | Radar

Novartis et Roche condamnés par la France à 444 millions d’euros pour abus de position dominante

Pixabay / PublicDomainPictures

385 millions d’euros pour Novartis, et près de 60 millions pour Roche, condamné pour le compte de sa filière américaine Genentech. C’est le montant des amendes infligées par l’autorité française de la concurrence aux deux géants pharmaceutiques bâlois. Ces derniers sont accusés d’avoir fait obstacle à la mise sur le marché d’un médicament contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), l’Avastin. L’enquête française a été ouverte en 2014, après que Roche et Novartis ont écopé d’une amende de respectivement 92 et 90,5 millions d’euros, délivrée par l’autorité italienne de la concurrence pour les mêmes raisons.

Ce qui s’est passé. L’Avastin, commercialisé par Genentech aux Etats-Unis et Roche en Europe, est un anticancéreux peu coûteux – moins de 100 francs l’ampoule en Suisse –, qui s’est avéré être efficace contre la DMLA. Encore fallait-il que le laboratoire fasse une demande d’autorisation avec cette nouvelle indication, pour permettre aux médecins de prescrire dans les clous. Ce dont Roche s’est soigneusement abstenu de faire, afin, semble-t-il, de laisser le champ libre au Lucentis de Novartis, cent fois plus cher. Pire, lorsque les autorités françaises ont entamé des essais en ce sens en 2008, les deux laboratoires suisses auraient, d’après le gendarme français de la concurrence, diffusé «un discours alarmant, et parfois trompeur, sur les risques liés à l’utilisation d’Avastin», et ce afin de «bloquer ou ralentir» son repositionnement sur le marché des maladies ophtalmiques.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.