Médecine classique et médecine douce: peuvent-elles cohabiter?

Séance d'acupuncture. | Keystone / Jim Mcknight

Du 14 au 17 novembre, Heidi.news est présent au Salon suisse de la santé, organisé cette année à Martigny, en Valais.

Réunir des tenants de la médecine classique et des adeptes des médecines douces à la même table, c’est la promesse de discussions pas forcément… douces. La table ronde «Quand la médecine classique rencontre les médecines douces» qui se tenait ce 16 novembre au Salon valaisan de la santé, à Martigny, se devait d’être animée.

Autour de la table: Luc Recordon, ancien conseiller aux Etats, président de ROMEDCO (Association romande pour le développement et l’intégration des médecines complémentaires), Pr Pierre-Yves Rodondi, médecin, professeur à l’Université de Fribourg et directeur de l’Institut de médecine de famille, Pr Chantal Renella, responsable Centre médecine intégrative et complémentaire (CEMIC) du CHUV, Pierre Sutter, membre de Patient-Partenaire (HUG), François Pilet, médecin de famille, et Caroline Müller, Directrice Agence, EGK-Caisse de santé.