| | News

Les tests rapides très mauvais pour détecter Omicron? Les soupçons s'accentuent

Dans un centre de test drive-in à Pijnacker aux Pays-Bas, en novembre 2021. | Keystone / EPA / Ramon van Flymen

Les signaux d’alerte viennent des deux côtés de l’Atlantique. Si les données sont encore préliminaires, elles suggèrent que les tests antigéniques rapides — les autotests en faisant partie — sont moins sensibles pour détecter Omicron. Avec à la clé, beaucoup de faux négatifs chez des gens infectés par le nouveau variant.

Pourquoi ça tombe mal. Les tests antigéniques rapides sont très utilisés en Suisse: ils représentent environ 25% des tests déclarés à l’OFSP ces derniers jours. Bon marché, simples d’utilisation et rapides, ils sont devenus un outil de santé publique incontournable. Les laboratoires ont beaucoup misé dessus et revoir en profondeur la stratégie représenterait un défi logistique immense, au vu du rythme effréné du dépistage.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!