Les Suisses pourront skier pendant les fêtes de fin d'année

Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé. | Keystone / Peter Schneider

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Les Suisses pourront skier pendant les fêtes de fin d’année, a annoncé le ministre de la Santé Alain Berset au cours d’une conférence de presse très attendue. Mais à certaines conditions tout de même: la capacité dans les installations de transport fermées (trains, téléphériques et télécabines) sera limitée. Les domaines skiables et les stations de sports d’hiver devront élaborer des plans de protection et le respect de ceux-ci sera contrôlé. De nouvelles restrictions, notamment pour les magasins, sont également annoncées.

Pourquoi c’est important. Les pressions internationales ont été nombreuses ces derniers jours pour que le pays ferme ses domaines skiables. Mais la pratique des sports d’hiver constitue une part importante des revenus touristiques annuels en Suisse. En autorisant l’ouverture des remontées mécaniques durant les périodes de Noël et Nouvel An, cela permet à ce secteur économique de fonctionner.

Übersichtsgrafik_201204_FR.jpg

Les annonces pour le ski. Les domaines skiables pourront fonctionner pendant les fêtes de fin d’année. Cette ouverture est soumise à quatre conditions:

  1. Les exploitants doivent obtenir une autorisation cantonale, conditionnée à la situation épidémiologique dans le canton concerné, ainsi qu’aux capacités de traçage des contacts et d’hospitalisation.

  2. Des plans de protection stricts devront être appliqués. Ces derniers seront contrôlés et un domaine skiable pourrait être fermé si le concept de protection n’y est pas respecté.

  3. Il n’y aura pas de limite de capacité sur les pistes, mais les transports fermés ne pourront accueillir que 2/3 des passagers habituels. Cela vaut pour les trains, télécabines et téléphériques, ainsi que pour les places assises et debout.

  4. Le port du masque est obligatoire dans les files d’attente, ainsi que sur toutes les installations, y compris sur les téléskis et les télésièges. De plus, la distance interpersonnelle doit être respectée en tout temps.

Pour le Conseil fédéral, «ce n’est pas la pratique sportive qui pose problème, mais les rassemblements dans les transports publics, dans les télécabines et les téléphériques, dans les files d’attente des remontées mécaniques, ainsi que dans les établissements de restauration.»

Ces restrictions et mesures de protection doivent permettre d’éviter la propagation du virus dans les régions touristiques. Afin d’atteindre cet objectif également hors des pistes, les stations sont encore tenues d’élaborer des plans de protection pour réduire les risques liés à une forte affluence touristique:

  • elles devront canaliser le flux des personnes,

  • coordonner les horaires d’ouverture des magasins,

  • signaler les lieux où il est possible de faire des tests de dépistage,

  • le port du masque y est obligatoire dans les zones piétonnes animées.

Pour ce qui est des autres sports d’hiver (patinage, luge), ce sont les règles en vigueur pour les sports qui s’appliquent: limitation à 15 personnes pour les activités de groupe, respect de la distance interpersonnelle et port du masque.

Pour Alain Berset, les décisions concernant le ski n’est pas la préoccupation principale du Conseil fédéral ce 4 décembre:

«La situation épidémiologique à la veille des fêtes est fragile en Suisse. Elle est même préoccupante. Aujourd’hui, nous constatons une évolution négative avec une hausse des nouveaux cas ce 4 décembre par rapport à vendredi de la semaine dernière.

Nous devons éviter un retournement de tendance et que le nombre de nouvelles infections reparte à la hausse. On constate également une évolution asymétrique dans le pays: diminution très important en Suisse romande et augmentation exponentielle dans 6-7 autres cantons. C’est cette situation qui nous préoccupe aujourd’hui, pas l’ouverture des domaines skiables.

Notre but est d’éviter une troisième vague ou une aggravation de la deuxième vague actuelle. »

Renforcement des mesures. En plus de la décision pour les domaines skiables, Alain Berset a également annoncé deux nouvelles obligations.

  • Pour les magasins: dès le 9 décembre, le nombre de clients au m2 doit être réduit. Les commerces doivent garantir 10 m2 par client, contre 4 m2 actuellement.

  • Pour les restaurants: la collecte des coordonnées des clients devient obligatoire dans l’ensemble du pays. Pour la soirée de Nouvel An, les restaurants pourront rester ouverts jusqu’à une heure du matin. Un décision au niveau fédéral qui peut être réduite au niveau cantonal, mais pas prolongée.

Les menaces sur les cantons. Au début de la conférence de presse, Alain Berset a dressé un tableau assez alarmant de la situation actuelle. La stabilisation des nouvelles infections s’effectue à un niveau très élevé.

Les nouvelles infections repartent même à la hausse dans plusieurs cantons, et la situation hospitalière reste tendue. Le Fribourgeois a donc clairement expliqué que le Conseil fédéral allait rapidement mener des discussions avec les cantons concernés – tout en refusant de citer les cantons concernés – pour les inciter à prendre des mesures supplémentaires.

Une séance extraordinaire du Conseil fédéral est d’ores et déjà planifiée le 8 décembre pour évaluer la situation. Le Conseil fédéral se réserve aussi le droit d’ordonner des nouvelles mesures plus strictes le 11 décembre, si les cantons où la situation se dégrade ne l’ont pas fait d’eux-mêmes d’ici là.

Alain Berset:

«Au vu de la situation dans ces cantons, le Conseil fédéral doit agir! Des mesures doivent y être prises pour éviter une progression des cas. Cette évolution met en danger l’ensemble du pays. Et le Conseil fédéral n’entend pas laisser la situation se dégrader.»