| | News

Les sages-femmes romandes à l'assaut des violences obstétricales

Naissance à la clinique privée de Bethanien à Zurich. | Keystone / Gaetan Bally

«Ne vous en faites pas Monsieur, avec ce que j’ai donné à votre femme, elle va tout oublier.» Sauf que de son accouchement cauchemardesque, Mathilde* n’a rien oublié, même 23 ans plus tard. Ni la douleur, ni le reflet de son corps sur la lampe chirurgicale, ni l’impression que tout lui échappait. Son témoignage, relayé par l’association (Re)Naissances, a résonné jeudi 14 octobre à Genève, à l’occasion d’une journée de conférences consacrées à la bienveillance obstétricale, organisée par la Haute école de santé du canton.

Pourquoi on en parle. Les témoignages de femmes ayant subi des violences obstétricales se sont multipliés ces dernières années en Europe, et la Suisse n’est pas épargnée par le phénomène. La prise de parole s’est d’abord faite dans les médias et sur les réseaux sociaux jusqu’à remonter au Parlement, à Berne, en 2018. Dans les maternités, la problématique est en passe de devenir un enjeu de santé prioritaire, comme le montre cette journée intersites et interdisciplinaire. Pour les professionnels, le temps du constat est passé, il s’agit désormais de remédier aux dysfonctionnements.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.