Les porcs s’entassent dans les fermes britanniques

Au Royaume-Uni, la pénurie de travailleurs dans les abattoirs et usines affecte les éleveurs de porcs. | Keystone / Melanie Duchene

Selon la National Pig Association, pas moins de 70’000 animaux qui devraient déjà avoir été conduits à l’abattoir sont toujours coincés dans les fermes du Royaume-Uni, où le nombre de cochons excédentaires augmente de 15’000 par semaine, tandis que 25% de porcs de moins que d’habitude partent à l’abattoir. Ce surplus de bêtes complique la tâche des éleveurs, qui manquent d’espace pour les accueillir, d’autant plus qu’il s’agit de gros animaux, dont le poids augmente d’environ un kilo par jour. Les éleveurs de porcs demandent ainsi au gouvernement britannique de prendre des mesures urgentes face à la pénurie de main-d’œuvre qui touche les abattoirs et usines de transformation de viande du pays.

Pourquoi une telle pénurie. En raison de l’épidémie de Covid, de nombreux travailleurs d’Europe de l’Est sont retournés dans leurs pays d’origine et ne sont pas revenus au Royaume-Uni depuis, créant ainsi des pénuries de main-d’œuvre dans les usines qui transforment la viande, dont les deux-tiers des salariés ne sont pas britanniques. Ce secteur, qui emploie en temps normal environ 95’000 personnes, fait face à une baisse de 15% de sa main-d’œuvre. C’est la deuxième fois en moins d’un an que la filière porcine rencontre ce genre de difficulté, alors que la demande en viande de porc britannique reste forte. Les éleveurs craignent que le pays se retrouve contraint d’importer de la viande de l’Union européenne pour répondre à la demande.

link

Lire l'article du Guardian