| | Radar

Les infections virales infantiles pourraient être à l'origine de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui attaque la myéline, la structure qui entoure les neurones. | ColiNOOB / Pixabay

Une étude, menée pendant presque dix ans par des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE) et des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), montre comment les infections virales contractées pendant l’enfance participent à l’émergence de la sclérose en plaques. L’étude, publiée dans Science Translational Medicine et reprise par Le Matin Dimanche et Planète Santé, pointe les stigmates que ces infections laissent dans le cerveau. La présence renforcée des lymphocytes T dits «mémoires» au niveau de ces stigmates attirerait, via l’émission de molécules appelées chimiokines, les cellules auto-réactives circulant dans le sang qui détruisent la myéline, la structure entourant les neurones.

Pourquoi on en parle. En Suisse, une personne sur mille est touchée par la sclérose en plaques. Cette maladie auto-immune est complexe et trouve son origine au sein de multiples facteurs à la fois génétiques, environnementaux et liés au mode de vie. Même si cette étude effectuée sur la souris ne permettra pas de créer un nouveau traitement à court terme, elle met en lumière un mécanisme suspecté depuis longtemps par les chercheurs, mais encore jamais prouvé, jusqu’alors.

link

À lire sur Planète santé

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!