| | Radar

Les hôpitaux privés du Liban sont en grève

Les hôpitaux privés libanais ne prendront en charge que les cas d'urgence pendant une semaine | AP / Bilal Hussein

Les hôpitaux privés du Liban sont en grève depuis lundi et pour une semaine. Ces établissements, qui représentent la majorité du secteur hospitalier du pays, n’accueillent plus que les cas urgents, les patients suivant une chimiothérapie et sous dialyse.

Pourquoi ils font grève. Ils contestent la décision de la cour d’appel de Beyrouth qui a condamné deux hôpitaux et deux médecins à 10 milliards de livres (800'000 dollars) d’indemnités pour une erreur médicale. En 2015, une fillette de 5 ans a dû être amputée des quatre membres. Des indemnités toutefois jugées excessives. Le directeur de l'hôpital Rafic Hariri de Beyrouth, le Dr Firas Abiad, a ainsi résumé l’affaire dans L’Orient-le Jour: «Il n'y a pas de gagnant. Aucun montant financier ne peut effacer le passé ou compenser la petite Ella et ses parents pour leur perte, tout comme un verdict sévère allant à l'encontre de l'opinion des experts ne peut pas aider un système judiciaire en difficulté à récupérer l'estime dont il jouissait auparavant. Il n'y a pas non plus de gagnants parmi les médecins qui, dans les circonstances difficiles actuelles et pendant la pandémie, ont risqué leur vie pour sauver celles des autres et sont régulièrement victimes de diffamation et de menaces physiques et légales.»

link

A lire dans L'Orient-le Jour

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!