| | News

«Pour les personnes trans, le confinement peut être l’épreuve de trop»

Deux jeunes LGBT+ à Taïwan. De nombreuses marches organisées pour les 50 ans des gay prides sont repoussées cette année. | Keystone / Ritchie B. Tongo

La vie en famille et les échanges sociaux se sont particulièrement compliqués pour les adolescents LGBT+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, et toutes minorités de sexe et de genre) avec la crise sanitaire. Les professionnels du secteur s’inquiètent des conséquences psychosociales sur une population déjà clairement vulnérable.

Pourquoi on en parle. La crise a retiré nombre de soupapes de décompression à ces jeunes, parfois fragiles et en difficulté avec leurs familles. Si les chiffres ne sont pas encore connus, les conséquences sur leur état psychique sont bien visibles et les tentatives de suicide en hausse. D’ordinaire, les jeunes LGB passent déjà deux à cinq fois plus à l’acte que la population générale, et les jeunes transgenres 20 fois plus que les LGB.

Cet article est réservé aux abonnés.