| | Radar

Les gaz lacrymogènes liés à une perturbation du cycle menstruel?

Policiers en maintien de l'ordre lors d'une manifestation le 29 juillet 2020 à Portland (Oregon). | Keystone / AP Photo/ Marcio Jose Sanchez

La ville de Portland, dans le nord-ouest des Etats-Unis, a été cet été le théâtre de violentes manifestations dans la foulée de la mort de George Floyd. Des médecins ont interrogé quelque 2300 manifestants exposés à du gaz lacrymogène lors des opérations de maintien de l’ordre et publié leurs résultats le 26 avril dans la revue BMC Public Health. Un grand nombre d’entre eux rapportent des effets sur la santé qui se prolongent un ou deux jours après l’exposition, et notamment chez les femmes une perturbation du cycle menstruel. Le journal français Libération s’en fait l’écho.

Les effets sur la santé. Les répondants interrogés un à deux jours après avoir été exposés font état de nombreux troubles gastriques (28%), tels que diarrhée ou maux de ventre. Plus de la moitié des femmes — et des personnes transgenres susceptibles d’avoir des menstruations— rapportent des troubles liés: douleurs menstruelles majorées (37%), pertes menstruelles inhabituelles (28%), augmentation des saignements (23%) ou règles prolongées (19%). Si la méthodologie employée laisse la porte ouverte à des sur-déclarations, les médecins soulèvent la possibilité d’un possible effet hormonal du gaz lacrymogène, encore à démontrer.

link

A lire dans Libération

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.