| | Radar

Les épidémies mortelles pourraient s'accroître avec les changements environnementaux

Cimetière pour les victimes d'Ebola en République démocratique du Congo, ce 29 août 2019. | Hugh Kinsella Cunningham / Keystone

En 2016, l’épidémie d’Ebola a tué environ 11’000 personnes. Or, selon le modèle prédictif d’une étude publiée mardi 15 octobre dans Nature, et relayée par New Scientist, le changement climatique accroîtrait la diffusion du virus Ebola.

Pourquoi on vous en parle. Le réchauffement climatique n’est pas le seul facteur environnemental à augmenter le risque d’épidémies. Selon une étude de l’Université de Stanford, la déforestation de l'Amazonie semble faciliter la propagation de la malaria. Ces deux études illustrent comment la destruction de l'environnement pourrait entraîner la propagation de maladies humaines mortelles par le biais d'animaux et d'autres organismes.

link

Lire l'article sur New Scientist

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.