| | Analyse

Les données des patients, botte secrète d’Israël face à Covid-19

Une femme vaccinée contre Covid-19 dans un parking à Givatayim, près de Tel-Aviv, le 20 janvier 2021. |Keystone / EPA / Abir Sultan

La gestion de la campagne de vaccination en Israël diverge profondément de ce que l’on observe en Suisse, tant par la manière dont elle est menée que par l’acceptation du passeport de vaccination. Des divergences dues à une approche fondamentalement différente de la confidentialité et de la digitalisation des données.

Aussi vite que possible… et c’est tout. Alors que l’idée du passeport de vaccination suscite une levée de bouclier dans notre pays, les autorités israéliennes octroient d’office un document format carte d’identité à ceux qui ont pu recevoir leurs deux doses de vaccin et personne ne trouve rien à y redire. Et en Israël, un quart de la population a été immunisé en date du 21 janvier et le pays projette d’immuniser la quasi-totalité de sa population adulte d’ici fin mars. Réaliste au vu du rythme effréné de la vaccination: environ 150'000 personnes y accèdent chaque jour.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.