Les cabinets médicaux mal-en-point après deux ans de pandémie

L’activité des cabinets médicaux suisses continue d’être affectée par la pandémie de Covid-19. L’Office fédéral de la statistique (OFS) rapporte que deux cabinets médicaux sur cinq ont connu une activité réduite et un sur cinq a dû recourir au chômage partiel en 2021. La situation est toutefois meilleure qu’en 2020, au début de l’épidémie, où seul un cabinet sur dix avait pu maintenir son niveau d’activité.

Dans le détails. La campagne de vaccination, qui a mobilisé 56% des cabinets médicaux de premier recours, n’a pas permis de résister à la baisse d’activité. Entre novembre 2020 et octobre 2021, 42% des cabinets et des centres ambulatoires ont vu leur activité diminuer. Le nombre de patients par jour était également inférieur à celui d’avant la pandémie. Sur la même période, «61% des cabinets médicaux avec activité chirurgicale ont enregistré une activité inférieure à celle d’avant la pandémie», note l’OFS.

Cette situation a amené les cabinets médicaux à recourir au chômage partiel (20% en 2021 contre 35% en 2020). Tous les domaines ne sont pas concernés de la même façon. C’est le cas que la psychiatrie. Le secteur n’enregistre pas la même baisse que les cabinets médicaux, puisque 26% des cabinets ont connu une baisse d’activité.