| | News

Le vaccin de Johnson & Johnson disponible dès la semaine prochaine en Suisse

Shutterstock / Markus Mainka

Nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

C’est fait. Le troisième vaccin Covid-19 homologué par la Suisse, produit par le laboratoire américain Johnson & Johnson, sera disponible sur le terrain. La Confédération vient d’annoncer s’être procurée 150'000 doses de ce vaccin monodose, qui seront livrées dans les cantons début octobre et utilisées dans la foulée. Il est pour l’instant réservé aux adultes.

Pourquoi c’est important. L’hésitation vaccinale reste élevée dans le pays, qui peine à passer la barre des 70% de vaccinés. La méfiance vis-à-vis de l’ARN messager revient très régulièrement comme motif de rejet des vaccins. Or le vaccin de Johnson & Johnson repose sur une technologie différente, dite de vecteur adénovirus. Il représente donc une alternative.

La commande. La Confédération a signé un contrat à hauteur de 150'000 doses du vaccin de Janssen, la division vaccins du groupe américain Johnson & Johnson (J&J). L’annonce, faite le 29 septembre 2021 par communiqué, précise le calendrier:

  • livraison des doses en Suisse dans la semaine du 27 septembre

  • distribution aux cantons en début de semaine du 4 octobre

  • vaccination effective en milieu de semaine du 4 octobre

Il s’agit d’une première commande, et d’autres doses pourraient être négociées à l’avenir. Virginie Masserey, responsable de la section Contrôle des infections de l’OFSP, le 29 septembre en conférence de presse:

«Nous envisageons déjà des livraisons supplémentaires, nous suivrons de près la demande dans les cantons.»

La cible. Le vaccin de J&J est destiné:

  • aux personnes ayant une contre-indication médicale aux vaccins ARN – du fait d’une allergie à un composant ou d’une réaction violente après injection. C’est le cas d’environ une centaine de personnes en Suisse à ce jour, d’après l’OFSP.

  • aux personnes qui souhaitent être vaccinées avec un vaccin qui n’utilise pas la technologie de l’ARN messager

Le vaccin de J&J n’ayant été homologué que chez les adultes, il est pour l’heure réservé en Suisse:

  • aux personnes de 18 ans ou plus

  • à l’exclusion des femmes enceintes (manque de données cliniques)

  • et des personnes immunodéficientes (pour qui on privilégie les vaccins ARN, plus efficaces)

Carte d’identité. Le vaccin de Johnson & Johnson repose sur une technologie dite de vecteur adénovirus, analogue à celle du vaccin britannique d’AstraZeneca ou du vaccin russe Spoutnik. Il se compose de deux éléments:

  • l’antigène, à savoir la protéine Spike de Sars-CoV-2, codé sous forme d’ADN

  • un vecteur, constitué par un virus bénin (adénovirus) modifié pour n’être pas capable de se répliquer

Cette technologie permet de produire l’antigène directement dans les cellules humaines pour provoquer une réaction immunitaire proche de celle occasionnée par une infection virale.

Les vecteurs adénovirus sont une technologie vaccinale à peine moins récente que les vaccins ARN. Un seul vaccin fondé cette technologie avait accédé au marché avant la pandémie — le Zabdeno en 2017, parent direct du vaccin Covid-19 de J&J .

Homologué depuis mars 2021 par Swissmedic, le vaccin de J&J n’était jusqu’à présent pas disponible dans le pays, aucun contrat d’approvisionnement n’ayant abouti entre Berne et le fabricant, après l’échec d’une première tentative.

Le contraste. La grande différence entre le vaccin Covid-19 de J&J et ses concurrents réside dans le schéma vaccinal: en retard dans la course aux vaccins, Janssen a opté pour un candidat ne nécessitant qu’une seule dose.

Ses performances:

  • une efficacité modérée, de l’ordre de 70% contre la maladie (contre plus de 90% pour les vaccins ARN) avec le variant Alpha, et sans doute moins avec Delta

  • une bonne efficacité contre les formes sévères et les hospitalisations, de l’ordre de 90% avec Alpha et 85% avec Delta

  • une bonne tolérance, avec moins de réactions que les vaccins ARN

Les autorités sanitaires soupçonnent que le vaccin de J&J puisse induire de rares troubles graves de la coagulation, à l’instar de son homologue de chez AstraZeneca. Cela reste très rare (moins de 1 cas sur 1 million chez les adultes) et la balance bénéfices-risques est favorable à tous les âges.

Un vaccin recours. Les vaccins ARN messager souffrent d’une mauvaise image au sein d’une partie de la population.

La dernière vague de l’enquête Sotomo, réalisée en juin 2021 auprès de plus de 25'000 résidents suisse à partir de 16 ans, le montre: le (supposé) manque de recul sur les vaccins ARN est mentionné par les trois-quarts des rétifs à la vaccination.

Lire aussi: Y a-t-il d'autres options pour qui se méfie des vaccins ARN?

L’enjeu est bien identifié par les autorités sanitaires fédérales, et explique que le vaccin de J&J soit désormais considéré comme une alternative valable, face à des vaccins ARN objectivement plus efficaces.

Le vaccin de J&J est donc avant tout destiné à offrir une alternative aux vaccins de Pfizer et Moderna. Virginie Masserey (OFSP):

«D’après les sondages, environ 10-12% des non-vaccinés disent qu’ils ne veulent pas d’un vaccin ARN, ce qui représente peut-être 260'000 personnes. On commence avec ça (150’000 doses, ndlr.) et on poursuit les démarches pour voir si on peut en obtenir plus si nécessaire.»