| | News

Le Sida tue moins, mais les ressources manquent pour éradiquer l’épidémie d’ici 2030

KEYSTONE / AP / Roberto Pfeil

En 2018, 770’000 personnes sont mortes du Sida. Cela représente une baisse des décès de 33% depuis 2010. Une bonne nouvelle annoncée mardi dans le dernier rapport de l’Onusida. Les nouvelles infections au VIH sont également en baisse. En revanche, les progrès dans l’accès aux traitements diminuent et il manque 7,2 milliards de dollars pour couvrir les besoins d’ici 2020.

Pourquoi c’est grave. L’Onusida s’est fixé comme objectif d’éradiquer la pandémie d’ici 2030. Mais elle n’y arrivera pas. Si les progrès dans l’accès aux nouveaux traitements sont encourageants, surtout dans les pays africains les plus touchés, l’écart entre les besoins et les moyens se creusent dangereusement. La lutte contre le Sida a ainsi perdu un milliard de dollars entre 2017 et 2018.

Une riposte est nécessaire face au ralentissement des progrès. Et l’Onusida a besoin d’une aide d’urgence d’au moins 14 milliards de dollars pour assurer ses besoins d’ici 2020. Une augmentation des financements nationaux est également nécessaire selon l’agence. C’est la seule manière pour garantir les acquis réalisés ces dernières années.

Les nouvelles contaminations en Europe de l’Est ont connu une hausse inquiétante de 29% en 2018, alors qu’au niveau mondial, la baisse est de 16% depuis 2010. L’an dernier, les décès ont également augmenté de 5% en Europe de l’Est.

Les chiffres 2018 (estimations Onusida)

  • 37,9 millions de personnes dans le monde étaient séropositives

  • 23,3 millions de personnes avaient accès à un traitement antirétroviral

  • 1,7 million de personnes ont été contaminées par le VIH

  • 770’000 de personnes sont décédées des suites d’une maladie liée au sida

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.